Le langage des couleurs

Couleur

Qualité de la lumière renvoyée par la surface d’un objet (indépendamment de sa forme), selon l’impression visuelle qu’elle produit (une couleur, des couleurs) ; propriété que l’on attribue à la lumière, aux objets de produire une telle impression (la couleur).

src: Le Robert

Une couleur se définie par trois propriétés

Teinte, Valeur, Saturation.

La couleur est l’un des éléments les plus puissants dans le langage graphique.
A chacune sa symbolique, la couleur véhicule une certaine énergie et une grande variété. Elle sert à attirer l’attention, à véhiculer des messages, à regrouper.
Elle renforce la signification et l’organisation d’éléments dans une composition graphique et aide à créer l’humeur que vous recherchez en véhiculant des émotions et des sensations.

La teinte

C’est la couleur dans sa forme la plus pure. C’est la façon dont nous « voyons » la lumière réfléchie par un objet (jaune, rouge, bleu…)

Teinte

Luminosité (valeur)

Elle désigne sa luminosité. Une couleur avec une valeur plus claire se composera de davantage de blanc, tandis qu’une valeur plus sombre aura davantage de noir.

On peut aussi parler de ton qui est entre autre chose un synonyme de la valeur. « Le ton c’est une couleur du point de vue de sa valeur sensorielle, de son intensité. Différents ton de jaune, de vert. » Larousse

luminosite-couleur-valeur
Luminosité / valeur

La saturation

C’est l’éclat de la couleur, elle peut-être plus ou moins terne ou au contraire plus ou moins franche (vive). Une couleur saturée est intense, alors qu’une couleur dé-saturée se veut plus fade. Lorsqu’on dé-sature une couleur à son maximum on obtient des nuances de gris. Exemple : lorsqu’on dé-sature une photo couleur on la transforme en noir et blanc.

saturation-couleur
Saturation

Teinte, saturation, luminosité (ou valeur) sont donc les trois paramètres de description d’une couleur dans une approche psychologique de cette perception. En informatique il existe un modèle de description TSL qui permet de faire sa couleur avec ces trois paramètres, tout comme il existe le modèle RVB.

modele-Tsl
modèle TSL

Perception

La perception des couleurs reste tout de même relative. La notion de plus sombre ou de plus clair ne peut être établie que par comparaison. Par exemple le jaune à côté du vert foncé va être plus lumineux, alors que le jaune sur du blanc va être plus sombre que le blanc qui est la valeur maximale de luminosité.

couleur-perception

Si deux couleurs complémentaires sont juxtaposées chacune paraîtra plus lumineuse que l’autre. Au contraire deux couleurs adjacentes auront plutôt tendance à se fondre visuellement.

couleurs-perception

Cercle chromatique

Ce qui nous amène au cercle chromatique, le premier a été créé par Sir Isaac Newton au u XVII ème siècle en décomposant la lumière avec un prisme. Ce cercle est la représentation de 12 couleurs, primaires, secondaires et tertiaires.

C’est un outil de référence visuel qui dévoile les relations comparatives entre couleurs. La roue chromatique ne référence que les teintes pures.

Cependant il existe la roue chromatique graduée qui répertorie une série progressive de valeurs et saturation pour chaque teinte. Observez cette roue et voyez comment elle se compose, la plus grosse partie est la teinte dites pures, à son extérieur vous y trouvez la valeur (luminosité) qui s’assombrie(ajout de noir), et vers l’intérieur vous observez sa teinte qui s’éclaircie (ajout de blanc)

Cette variante permet d’illustrer les points de plus fortes saturations de chaque couleur. Notez que le jaune atteint sa plus forte intensité sur le côté le plus lumineux, tandis que le bleu à son intensité maximale dans le côté le plus sombre. Son intérêt est donc d’examiner les combinaisons similaire en valeur (luminosité) et saturation pour bâtir des contrastes expressifs.

Définitions

Couleurs primaires :
Ce sont le rouge, le jaune et le bleu. Elles sont pures, c’est-à-dire qu’elle ne peuvent pas être obtenu à partir d’autre couleur.

Couleurs secondaires :

Elles sont créées en combinant deux couleurs primaires.

Jaune + rouge = orange / rouge+bleu= violet / jaune + bleu = vert.

Couleurs tertiaires :

Elles sont créées en combinant une couleur primaire et une couleur secondaire.

Rouge-orange / rouge-violet / violet-bleu…

Couleurs complémentaires :

Ce sont les couleurs qui s’opposent sur le cercle chromatique.

👉 Lorsqu’elles sont mélangées elles se désaturent. En revanche leur juxtaposition augmente la sensation d’intensité. Cette utilisation permet d’attirer l’oeil avec un graphisme vif, mais attention à ne pas trop en faire.

Couleurs monochromatiques :

Ce sont les couleurs créées à partit d’une même teinte mais dont on change la teinte, elles sont obtenus en ajoutant du blanc ou du noir.

👉 L’utilisation de couleurs monochromatiques dans une composition graphique permet un rendu homogène.

Couleurs adjacentes :

Ce sont des couleurs qui sont côte à côte dans la roue et qui ne présentent que des différences mineures.

👉 Comme les couleurs monochromatiques leurs usages permet un rendu homogène mais un peu plus varié.

Couleur triadiques :

C’est un jeu de trois couleurs équidistantes sur la roue chromatique.

👉 Votre composition graphique sera perçu comme dynamique et vivante.

Couleur quadratiques :

C’est un jeu de quatre couleurs équidistantes sur la roue chromatique.

👉 Votre composition graphique sera perçu comme dynamique et vivante, mais attention à ne pas trop en faire.

Le langage des couleurs en pratique

Couleur dominante :

La couleur qui est la plus utilisée sur votre document, votre identité visuelle… Elle occupe plus de place que les autres couleurs que vous utilisez.

Couleur accent :

C’est une couleur qu’on utilise par touche pour faire ressortir des éléments, attirer l’attention.

Aplat :

Un aplat de couleur c’est une surface de couleur uniforme.

Contraste :

Un contraste est une manière d’accorder la couleur. Le contraste maximum est la juxtaposition de deux couleurs complémentaires

Camaïeu :

C’est un ensemble de tons et valeurs d’une même couleur.

Dégradé :

C’est un passage progressif d’une couleur à une autre.

D’autres articles sur la couleur

faut-il mettre de la couleur sur un CV ?

Certains sont sensibles à la présence de couleurs à condition qu’elles soient utilisées pour mettre en valeur le contenu et non pas pour de simples raisons esthétiques.

D’autres voient l’utilisation de couleurs comme anecdotique pour compenser les lacunes des informations contenues dans le CV.

Lire la suite